ALLGERGIE

Lucite : causes, symptômes et traitements de cette allergie au soleil

Si l’exposition au soleil provoque chez vous des rougeurs, boutons et démangeaisons au niveau de votre décolleté, de vos épaules et de vos bras, il est fort probable que vous soyez victime d’une lucite. Plus connue sous le nom d’allergie au soleil, la lucite est en réalité une réaction toxique locale survenant dans les premiers jours d’exposition solaire. On distingue deux types de lucite : la lucite estivale bénigne et la lucite polymorphe. Voyons les responsables, les symptômes et les traitements de ces deux phénomènes gênants et disgracieux qui peuvent gâcher votre été.

La lucite bénigne estivale : causes, symptômes et évolution

La lucite bénigne estivale (LEB) qui est la plus répandue concerne près du quart de la population adulte, surtout les jeunes femmes. On sait qu’une lucite est causée par l’exposition prolongée au soleil, mais peu sont ceux qui connaissent les ultraviolets impliqués dans cette allergie au soleil.

·        Ses causes

Sachez alors que si les coups de soleil et le bronzage sont causés par les UVB, les responsables de cette allergie au soleil sont les UVA. La lucite bénigne estivale peut donc survenir sans coup de soleil et l’utilisation d’un écran protégeant contre les UVB est inefficace. En outre, bien que l’exposition ne soit pas intense, une personne peut être victime de cette allergie au soleil dès lors que l’exposition est prolongée.

·        Ses symptômes

Comme la plupart des allergies, la lucite estivale provoque l’éruption de petits boutons rouges qui démangent beaucoup comme lors d’une poussée d’acné. Plus la quantité de rayonnements solaires reçue est élevée, plus ces symptômes seront présents. Apparaissant toujours avant ou en début de saison estivale, ces boutons touchent essentiellement les zones nouvellement exposées au soleil comme le décolleté, les épaules et les bras. Le visage et les avant-bras sont, quant à eux, épargnés. L’hypothèse d’un herpès solaire qui se localise souvent sur le pourtour de la bouche et sur les lèvres est donc à écarter.

·        Son évolution

En général, cette allergie au soleil guérit en quelques jours, mais elle a tendance à récidiver chaque année en s’aggravant. En effet, au fil des ans, elle peut apparaître de plus en plus tôt et toucher des surfaces de la peau de plus en plus importantes. Sans traitement, votre exposition au soleil se verra donc réduite chaque saison.

La Lucite polymorphe

Beaucoup plus rare, la lucite polymorphe concerne les jeunes adultes. Causée par les UVB, elle se manifeste à chaque exposition au soleil même si celle-ci est modérée. Cette allergie au soleil apparait dès le lendemain d’une exposition solaire et peut durer du début du printemps jusqu’à l’automne. Les lésions seront donc constamment présentes sur la peau, ce qui est extrêmement handicapant.

Comme son nom l’indique, la lucite polymorphe a la particularité d’avoir plusieurs formes. Une personne touchée par cette allergie au soleil peut donc présenter des boutons d’âge et de formes variables. Des vésicules, des plaques infiltrées ou encore des plaques urticariennes peuvent être observées sur toutes les zones exposées au soleil. À la différence d’une lucite bénigne estivale, la lucite polymorphe touche le visage, le dos et les mains.

Comment traiter une lucite ?

Il faut impérativement traiter une Allergie au SoleilUne allergie au soleil disparait souvent d’elle-même en quelques jours lorsqu’elle est bénigne et si la peau est protégée du soleil. Néanmoins, pour soulager les symptômes, il existe des traitements pour tous les types de lucites.

·        Les premiers gestes

Dès l’apparition des premiers symptômes, veillez à stopper immédiatement toute exposition au soleil. Pensez à rincer les zones touchées au gel douche sans savon. La pulvérisation d’eau cellulaire contribuera à apaiser et à hydrater la peau.

·        Les traitements médicamenteux

L’idéal est d’utiliser des antihistaminiques à base de caroténoïdes, d’acide para-aminobenzoïque ou de nicotinamide. Et si l’inflammation est importante avec de fortes démangeaisons, il est nécessaire d’appliquer une crème corticoïde durant quelques jours. Cela permettra également de faire disparaitre les lésions rapidement.

·        La puvathérapie

La puvathérapie est le dernier recours lorsque les traitements ci-dessus ne sont pas efficaces et que votre allergie au soleil est grave. Il s’agit d’une méthode consistant à exposer le patient à un rayonnement d’ultraviolets de type A à faible dose. Associée à la prise d’un médicament photosensibilisant, la puvathérapie est effectuée deux à trois fois par semaine durant deux mois. Cette méthode réservée aux médecins est également un moyen de préparer votre peau à l’exposition au soleil pour une meilleure tolérance aux UV.

Comment prévenir la lucite ?

Lorsqu’elle est déclenchée, une allergie au soleil peut vous coller à la peau pour un bon moment. Afin d’éviter qu’elle ne ruine vos étés, voici les réflexes à adopter pour la prévenir ou pour atténuer ses effets.

·        Bien préparer sa peau au soleil

Il est à savoir que l’exposition brutale au soleil est le facteur déclencheur si vous avez une peau non bronzée. Ainsi pour préparer votre peau au soleil, pensez à vous exposer progressivement jour après jour. Le premier jour, commencez par 10 minutes et augmentez la durée petit à petit.

Privilégiez les zones ombragées et veillez à porter des vêtements protecteurs. Il est également déconseillé d’effectuer des séances de bronzage au moment où le rayonnement solaire est à son maximum, c’est-à-dire entre midi et seize heures.

Et enfin, l’usage de crèmes solaires à indice élevé et à spectre anti UVA et UVB toutes les deux heures est fortement recommandée même par temps nuageux.

·        Bien choisir sa crème solaire

Mieux vaut prévenir que guérirIl est à savoir que la crème solaire ne sera pas en mesure de vous protéger efficacement contre l’allergie au soleil si elle n’est pas d’un indice élevé contre les UVA. Il est plus prudent de commencer avec un soin SPF 60 ou SPF 50. Une fois que votre peau commence à bien être habituée au soleil, vous pourrez utiliser un SPF 40 puis 30 après quelques jours. Ainsi, faites attention aux écrans totaux qui sont la plupart du temps à indice 50. Ils sont parfaits pour se protéger des coups de soleil en filtrant parfaitement les UVB, mais ne vous protégeront que partiellement contre les UVA. Privilégiez plutôt les produits solaires 50+ qui contiennent du butyl méthoxydibenzoyl méthane, du mexoryl XL, du tinosorb M ou du dibenzotriazole qui est parfois associé à un complexe antiradicalaire.

Parmi les marques dermatologiques les plus recommandées, on peut noter Bioderma, La Roche-Posay ou encore Vichy.

·        Les compléments alimentaires

Afin de prévenir les risques d’allergie au soleil et pour améliorer la tolérance de votre peau au soleil, vous pouvez très bien opter pour des compléments alimentaires riches en antioxydants et en carotène. Les caroténoïdes précurseurs de vitamine A (lycopène, bêtacarotène), les vitamines C et E, ainsi que le sélénium sont des actifs qui permettent de mieux défendre votre peau contre les méfaits des rayons solaires. Pensez à en prendre à petite dose avant les premières expositions au soleil. Il est préférable de commencer la cure 15 jours à un mois avant vos vacances et veillez à la poursuivre aussi longtemps que vous êtes au soleil.

·        Les antipaludéens

Il est probable que votre dermatologue vous prescrive un traitement à base d’antipaludéens de synthèse en cas de poussées malgré la protection solaire. Il est recommandé de démarrer ce traitement 10 à 15 jours avant d’aller au soleil et il est préférable de le poursuivre durant toute la durée de votre exposition au soleil. L’utilisation d’antipaludéen doit toutefois se faire sous contrôle ophtalmologique étant donné que cette molécule a tendance à se déposer dans la rétine. Cela peut gêner votre vision des couleurs.

Le dernier mot de la rédaction

Cette sensibilité anormale de la peau aux UV est loin d’être anodine, car il suffit de s’exposer quelques minutes au soleil pour qu’elle se manifeste. Extrêmement contraignante, en plus de vous obliger à éviter le soleil et à suivre des traitements spécifiques, l’allergie au soleil nécessite de faire très attention à certains médicaments tels que les antidépresseurs et certains antibiotiques. En effet, l’application ou la prise d’un médicament photosensibilisant tels que les antibiotiques de la famille des quinolones et le gel au ketoprofène peut provoquer des pathologies ayant les mêmes symptômes que la lucite. Il en est de même pour l’application de certains produits photo-toxiques comme le parfum.

En outre, la lucite nécessite la plus grande vigilance. Si vous êtes conscient de votre allergie, pensez à bien suivre les instructions et n’oubliez pas de vous munir de votre kit de survie comportant vos médicaments lorsque vous devez allez au soleil.

 

Sources :

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=lucite_pm

http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/allergies/articles/4346-allergie-soleil.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *