SEXE

Fissure anale : facteurs en cause, symptômes, traitement et prévention

On en parle peu souvent. Et pourtant, la fissure anale est une affection du colon qui peut être correctement traitée. Le premier réflexe à avoir est de ne pas oublier de le signaler à votre médecin si votre zone rectale vous démange ou que vous voyez du sang dans les selles. Bref, découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette pathologie.

De quoi s’agit-il ?

C’est probablement la première fois que vous entendez le terme fissure anale. Mais ne pensez pas immédiatement à ce qui pourrait être pire comme affection du rectum ou de l’anus. Soyez tout de suite rassuré, car elle n’est pas aussi inquiétante que son nom laisse imaginer.

Il s’agit d’une légère fissuration, gerçure ou blessure bénigne de la paroi sur la partie inférieure du rectum, juste au-dessus du sphincter. Elle peut toucher tout individu de n’importe quel âge et sexe. Mais les cas les plus fréquents concernent les adultes. À l’instar des hémorroïdes, elle peut être très douloureuse du fait de sa localisation au niveau de l’anus. Il est fort possible que la cicatrisation se complique.

Par ailleurs, beaucoup de gens ont des idées préconçues à propos de cette maladie. Sans plus attendre, découvrez les causes, les symptômes et les traitements pour soigner cette affection.

Les causes

Comme évoqué précédemment, la fissure anale est une fissuration ou lésion bénigne de la paroi entre le rectum et le sphincter. Cette zone est sensible à tous facteurs pouvant provoquer une déchirure. L’une des principales causes est la constipation chronique qui entraîne un trauma anal. En effet, la constipation s’accompagne toujours de matières fécales trop dures et volumineuses qui occasionnent ensuite une gerçure de la paroi anale.

Mais il n’y a pas que la constipation, car des diarrhées ou coliques à répétition peuvent aussi provoquer une fissure anale. Cela apparaît lors d’une gastro-entérite ou après une utilisation fréquente d’un suppositoire ou de laxatifs. La raison est que l’évacuation brusque des selles peut agresser la paroi anale, et par la suite, entraîner une fissure.

Les personnes présentant des soucis de transit intestinal sont également des cas types de patients atteints de fissures anales. L’anus est surmené par la digestion difficile, ce qui entraîne une telle fissure.

Cependant, d’autres causes n’ont rien à avoir avec le transit ou l’évacuation des matières fécales. Une fissure anale peut être simplement la conséquence d’un problème de vascularisation au niveau de la zone anale. Lors de la contraction durant la défécation, il se peut qu’une mauvaise circulation sanguine apparaisse entre le sphincter et l’anus.

La pratique de la sodomie est une autre cause non pathologique pouvant causer une déchirure de la paroi anale. La lésion touche à la fois la partie interne et externe de l’anus.

Les symptômes

Il est facile d’identifier les symptômes d’une fissure anale. Le premier d’entre eux, et le plus fréquent d’ailleurs, est l’apparition de sensations très douloureuses lorsque les matières fécales passent au niveau du rectum. Les selles sont généralement accompagnées d’un léger saignement.

Vous pouvez donc juger tout de suite que vous êtes atteint d’une fissure anale lorsque vous ressentez une douleur similaire à une brûlure dans le rectum. Elle peut disparaître après les selles et se manifester de nouveau durant des heures.

Cependant, l’intensité de la douleur est variable. Elle dépend de l’origine de la lésion, de son apparition pouvant aller d’une sensation irritante à un élancement lancinant lors du passage des selles. Ce cas-ci peut parfois traumatiser les patients qui appréhendent par la suite chaque moment avant d’aller aux toilettes. Par conséquent, cela provoque une constipation qui risque d’aggraver leur lésion.

Les facteurs de risque

Il faut toujours consulter un médecin quand on souffre de Fissure AnaleLe premier facteur de risque que l’on peut citer n’est autre que l’âge. Les enfants souffrent fréquemment de fissure anale. L’une des causes est la constipation.

Chez la femme, cette lésion de la paroi anale est souvent associée à une constipation ou à des hémorroïdes. Elle peut aussi apparaître suite un accouchement par voie basse. Pour ce cas-ci, l’intervention chirurgicale est à bannir. La patiente ne peut prendre qu’un traitement médicamenteux. Et même si la lésion s’aggrave, la chirurgie n’est possible que 6 mois après l’accouchement.

Le diagnostic

D’une part, pour certifier la présence d’une fissure anale, vous devez passer un examen clinique. Pour ce faire, vous pouvez consulter votre médecin traitant qui peut parfaitement vous faire le diagnostic. La procédure consiste simplement à écarter les plis au niveau de l’anus pour identifier toute forme de lésion de quelques millimètres à quelques centimètres. Néanmoins, il est possible qu’il fasse appel à un proctologue lorsqu’un traitement médical qu’il a prescrit ne suffit pas à soigner votre fissure anale.

D’autre part, si l’examen clinique a pu déterminer la présence d’une fissuration de votre paroi anale, et que celle-ci est sans conséquence invasive, aucun autre examen n’est nécessaire.

L’évolution de l’affection

En général, les tissus de la paroi anale se régénèrent tous seuls. La cicatrisation se fait donc d’elle-même. Toutefois, vous devez vous attendre à une régénération lente.

Les contractions incessantes du sphincter et la présence de bactéries défavorables à la cicatrisation sont susceptibles de rallonger le temps de guérison. C’est la raison pour laquelle un traitement médicamenteux en appoint de la cicatrisation est nécessaire lors d’une fissuration anale importante. Sans cela, la gerçure risque de s’infecter et produire du pus.

Une fissure anale peut également réapparaître, même après une guérison. Les sujets concernés sont les constipés. En d’autres termes, après avoir été touché par cette affection, il est important de lutter contre la constipation.

Les traitements

Traitements naturels

Pour adoucir la sensation après l’apparition d’une fissure anale et la faire disparaître, vous avez la possibilité de suivre un traitement naturel.

En premier lieu, vous devez adopter un régime alimentaire riche en fibres pour que vous ne soyez plus constipé. Les aliments les plus indiqués pour cela sont les céréales complètes ainsi que les fruits et légumes fibreux.

N’oubliez pas non plus de bien vous hydrater au quotidien. L’eau a pour effet de ramollir vos selles pour que leur passage soit moins douloureux pour la fissure anale et qu’aucune autre déchirure n’apparaisse.

Quand on est victime de cette affection, on a du mal à trouver la bonne position

Si vous avez une envie pressante d’aller aux toilettes, ne vous forcez pas. Laisser les selles glisser d’elles-mêmes sinon vous risquez d’aggraver la lésion et d’aiguiser la douleur.

Lors de la douche, n’utilisez qu’un savon neutre pour nettoyer votre lésion. Il en va de même pour le papier toilette. Utilisez un papier doux et sans odeur.

Traitements médicamenteux

Dans le cas où votre fissure anale perdure et que les élancements sont trop importants, votre médecin traitant vous prescrira un traitement médicamenteux. Ce dernier agira sur la source de l’affection et stoppera les douleurs persistantes.

Le traitement prescrit généralement dans ce genre de situation est une crème à base de nitroglycérine (ou trinitrate de glycéryle). Elle a pour effet d’apaiser les sensations douloureuses et d’accélérer la cicatrisation des tissus. Normalement, la posologie est de deux applications quotidiennes sur une durée de 45 jours.

En fonction de la manifestation de la fissure anale, votre médecin ou le proctologue peut vous injecter une toxine botulique dans le sphincter. Cela cessera les contractions permanentes entre le sphincter et l’anus. Ainsi, la cicatrisation sera plus rapide.

Par ailleurs, si après ces solutions, les symptômes persistent, l’intervention chirurgicale est la seule option pour guérir votre fissure anale. L’opération consiste à retirer une partie du sphincter (sphinctérotomie). Un tissu musculaire enlevé permet d’arrêter les spasmes et favorise la cicatrisation de la fissure anale.

Que faut-il éviter après l’opération ?

Après l’intervention chirurgicale sur votre sphincter, un arrêt de travail pendant 15 jours est souvent de mise. Même chose pour les déplacements sur de longues distances en étant assis durant tout le trajet. Pour le confort dans la position assise, un coussin adapté doit en permanence vous accompagner.

Si vous pratiquez régulièrement une activité physique, vous devez également l’arrêter pour favoriser la cicatrisation de la lésion. Cela peut durer entre 1 à 2 mois après la sphinctérotomie. Tout port de charge lourde est à éviter pendant la même période.

Au cas où l’opération entraînerait une incontinence anale, vous pouvez demander à ce que l’accès aux toilettes vous soit facilité sur votre lieu de travail.

Les préventions

Rien ne vaut la nourriture saine pour prévenir cette affectionPour prévenir la fissure anale, les traitements naturels énoncés ci-dessus peuvent être appliqués. En d’autres termes, vous devez adopter un régime sain constitué d’aliments riches en fibres pour que vous ne vous sentiez plus constipé. Vous pouvez aussi suivre une alimentation sans résidus afin que vos selles ne soient pas trop dures et volumineuses.

Une hydratation permanente est également conseillée pour que le passage des selles soit moins douloureux. Et si vous avez un problème de transit intestinal, les probiotiques peuvent faire l’affaire. En enrichissant votre flore intestinale, vous diminuez les risques de fissure anale.

Si l’envie vous presse d’aller aux toilettes, surtout, ne vous en empêchez pas et ne vous forcez pas non plus lors de la défécation.

Sources :

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=fissure_anale_douleur_rectum_pm

http://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/fissure-anale.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *