Comment les troubles du sommeil peuvent-ils affecter le risque d’hypertension ?

0
64

Le sommeil est très important dans notre vie, et sa qualité influence grandement l’état général de notre corps, ses performances et notre attention, ainsi que le bon fonctionnement de notre système cardiovasculaire.

Pendant notre sommeil, plusieurs changements physiologiques se produisent dans notre corps qui sont essentiels à notre bien-être et nos capacités à faire face à la nouvelle journée. La qualité et la quantité de sommeil sont toutes deux essentielles pour notre santé.

Hypertension artérielle : combien d’heures dormez-vous la nuit ?

Combien de fois ressentons-nous un manque d’énergie après une courte nuit de sommeil ? Saviez-vous que le fait de dormir moins de 7 heures est le facteur prédisposant le plus souvent associé aux accidents de la route et du travail ?

Notre corps a besoin d’un apport quotidien de 7 ou 8 heures de sommeil, pour assurer le bon fonctionnement de chacun de nos systèmes. Un sommeil de moins de 6 heures par nuit pourrait donc être lié à de nombreux symptômes dont nous ne trouvons aucune explication, notamment l’hypertension artérielle et l’hypertonie. Le sommeil est vital pour notre équilibre, dans le corps et l’esprit.

En dormant 7 ou 8 heures par nuit, vous diminuez les risques d’hypertension, d’accident vasculaire cérébral, de crise cardiaque et de cancer.

Comment la qualité du sommeil influence notre bien-être

Répondre à cette question n’est parfois pas facile. Nous pouvons nous sentir énergiques au réveil, mais pendant la journée avoir des périodes de somnolence très gênantes, souvent au travail ou durant un moment de détente et nous avons envie de dormir profondément.

Le sommeil se compose de plusieurs stades, en particulier de deux types de sommeil qui alternent :

  • le sommeil paradoxal ou REM (Rapid Eye Movement),
  • et le sommeil lent ou sommeil NON REM.

La majeure partie du sommeil pendant la nuit est lent, réparateur et s’accompagne d’une baisse de la température du corps et du cerveau, d’une diminution du rythme respiratoire, de la fréquence cardiaque, ainsi que d’une diminution de la résistance des artères et de la pression sanguine, étant un stade du sommeil très nécessaire au fonctionnement du système vasculaire, en particulier pour les personnes souffrant d’hypertension.

Cette période prédomine pendant le premier tiers de la nuit, c’est pourquoi ces premières heures de repos sont si importantes pour notre santé. Physiologiquement, le sommeil lent est surtout présent dans l’enfance et diminue avec l’âge, surtout après 50 ans, une population dans laquelle les troubles du sommeil sont plus fréquemment observés, et avec elle un risque plus élevé de développer une hypertension artérielle.

D’autres facteurs externes pourraient également conditionner la mauvaise qualité de notre sommeil.

Saviez-vous que si vous ronflez, vous avez plus de risques de souffrir d’hypertension artérielle, ou si vous en souffrez déjà, cela peut faire en sorte que vos chiffres ne soient pas contrôlés ?

Le ronflement signifie qu’il y a un obstacle au passage de l’air dans les voies respiratoires, soit par la présence de turbines et/ou de grosses amygdales (hypertrophiques), soit par la simple présence de la langue détendue qui dépasse dans le pharynx, soit par des facteurs externes aux voies respiratoires comme l’obésité du tronc (dans la poitrine et l’abdomen), entre autres causes.

Associé à certains de ces changements dans notre anatomie, il pourrait y avoir la présence d’un syndrome connu sous le nom de syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS), dans lequel, pendant le sommeil, la respiration s’arrête et commence soudainement, provoquant un manque d’oxygène (hypoxie) et une augmentation du CO2 (hypercapnie) ; ces deux phénomènes étant toxiques pour l’organisme, ils provoquent un stress dans les tissus, et donc une contraction ou un durcissement des artères appelé vasoconstriction, qui est l’événement fondamental présent chez les personnes hypertendues.

Les personnes souffrant de SAOS se plaignent généralement :

  • de fatigue matinale,
  • de somnolence diurne excessive,
  • voire de troubles de la mémoire,
  • de dépression ou d’anxiété,
  • ainsi que de problèmes pulmonaires et même d’arythmies cardiaques.

Il est très important de connaître la relation qui établit une association directe entre l’augmentation de la pression sanguine et le ronflement excessif.

La moitié des personnes qui souffrent de troubles du sommeil, comme le syndrome d’apnée obstructive du sommeil, sont hypertendues.

Une étude menée en Chine intitulée : “Les problèmes de sommeil sont un signe d’hypertension“, avec un accent particulier sur la difficulté à s’endormir.

Cette étude montre que certaines personnes souffrant d’insomnie ont un risque élevé d’hypertension, ont noté les auteurs, qui affirment que l’insomnie avec une excitation diurne augmente la libération d’hormones de stress, comme le cortisol, qui favorise l’hypertension.

300 adultes, dont plus de 200 souffrants d’insomnie chronique qui n’ont pas pu bien dormir pendant au moins six mois. Tous ont passé une nuit au centre où ils ont été observés.

Pendant la nuit d’observation, ils ont dormi comme ils le feraient normalement dans des pièces dont le son, l’éclairage et la température sont similaires à ceux de la maison. Le lendemain, ils ont eu quatre occasions de faire une sieste de 20 minutes. Les paramètres évalués étaient le temps qu’il leur fallait pour s’endormir, s’ils en étaient capables, ainsi que la surveillance de la pression artérielle de jour et de nuit.

Les participants n’ayant aucune difficulté à s’endormir le soir n’étaient pas plus susceptibles d’être hypertendus, même s’ils mettaient plus de temps à s’endormir à l’heure de la sieste.

Les insomniaques chroniques qui mettaient plus de temps à s’endormir pendant une sieste étaient plus susceptibles que les autres d’être hypertendus.

Les participants souffrant d’insomnie qui ont mis plus de 14 minutes pour s’endormir pendant la journée avaient trois fois plus de chances d’avoir des valeurs de pression artérielle élevées, ou d’être diagnostiqués avec de l’hypertension, que ceux qui n’ont pas de problèmes de sommeil, selon la publication.

Les auteurs ont recommandé aux personnes qui ont des difficultés à dormir de demander à leur médecin de prendre leur tension artérielle avec un tensiomètre.

Les personnes insomniaques qui dorment peu la nuit ou qui sont hyper-alertes pendant la journée courent un risque élevé d’hypertension”, ont déclaré les auteurs, “tout comme les personnes présentant d’autres facteurs de risque, tels que l’obésité, des taux de lipides élevés, le tabagisme et autres.

Il est conseillé de faire un test annuel de dépistage de l’hypertension chez toute personne de plus de 18 ans, indépendamment des habitudes de sommeil, même si de nombreuses personnes souffrant d’hypertension (dans le cabinet médical) n’ont pas le même comportement de maintien de valeurs élevées en dehors du cabinet. Par conséquent, le fait de documenter le diagnostic de l’hypertension uniquement en référence aux valeurs de bureau peut induire le recours à des traitements inutiles.

Pour une telle importance, le contrôle des patients hypertendus ayant des troubles du sommeil associés permettra des actions de santé qui amélioreront leur qualité de vie et pourront ainsi affronter la journée avec un plus grand bien-être.

Le fait de dormir sept à huit heures par nuit peut jouer un rôle dans le traitement et la prévention de l’hypertension artérielle. Si vous souffrez de troubles du sommeil, en particulier si vous faites de l’hypertension, dites-le à votre médecin, car il est essentiel que vous profitiez d’un sommeil sain.

Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter les liens suivants :

Toutes les informations dispensées dans cet article n’engagent que l’auteur. Si vous avez le moindre doute sur votre santé et votre sommeil, veuillez consulter votre médecin.