Pourquoi arrêter l’alcool lorsqu’on est enceinte est-il important ?

0
239
arrêter l’alcool

Pour une femme, la grossesse est une période « sacrée » qu’elle ne doit en aucun cas négliger. Cette dernière doit prendre soin d’elle et surtout de son futur bébé. Il est donc clair que la consommation d’alcool n’entre pas en compte. Cela est même vivement déconseillé. Dans cet article, découvrez les raisons pour lesquelles il est indispensable de renoncer à l’alcool quand on est enceinte.

Zoom sur le syndrome d’alcoolisation fœtale ou SAF

Quand une femme enceinte boit ne serait-ce qu’un verre d’alcool, ce liquide circule dans le sang du futur enfant. Lorsqu’elle en consomme à l’excès, cela peut générer le syndrome d’alcoolisation fœtale. Cela se traduit par des malformations faciales du bébé, par des anomalies de croissance, ainsi que par des altérations au niveau du système nerveux. Et cela peut engendrer des retards mentaux.

Pire encore, la prise excessive d’alcool au cours de la grossesse peut provoquer d’autres risques, comme les troubles de la mémoire ou de l’apprentissage. Ceux-ci sont à l’origine de troubles comportementaux et cognitifs. Ils peuvent entraîner chez l’enfant un déficit intellectuel ainsi que des difficultés scolaires. Bref, pendant toute la durée de la grossesse, le cerveau est particulièrement sensible. Il est donc hautement recommandé de ne pas en boire.

Au lieu de perdre son temps à consommer des boissons alcoolisées, la future maman devrait se charger de trouver tous les effets et accessoires nécessaires, afin d’accueillir son nourrisson dans les meilleures conditions. Nombreux sont les articles à acheter avant son arrivée : couches, vêtements, chauffe-biberon, crèmes, mouche bébé et bien d’autres encore. À ce sujet, pour obtenir plus d’informations sur ce dernier produit, vous pouvez consulter ce comparatif mouche bébé électrique.

syndrome d’alcoolisation

Les multiples conséquences de la prise d’alcool durant la grossesse

L’alcool est nocif pour le cerveau et le système nerveux du fœtus. La consommation d’alcool lors de la période de grossesse est en effet très toxique pour le futur bébé. Cela peut causer différentes complications : dommages au niveau du système nerveux central, retardement de la croissance… Mais le SAF reste la conséquence la plus grave de la prise d’alcool chez la femme enceinte.

De ce fait, peu importe la phase de grossesse, même si vous ne buvez qu’une gorgée d’alcool, le risque de problèmes chez le futur enfant ne doit pas être écarté. Chez la femme enceinte, l’alcool peut parfois être la cause de malformations et d’avortements spontanés.

Après la venue au monde de l’enfant, le SAF peut être responsable d’un grand nombre de problèmes, pour ne citer que les troubles alimentaires, le retard de croissance, le risque de précocité, une déficience auditive et visuelle.

L’alcool peut aisément franchir le placenta et dégrader les cellules du bébé, dont celles du cerveau. Dans la majorité des cas, les séquelles de cette boisson ne sont pas apparentes sur le nouveau-né. Elles se manifestent plus tard, alors que l’enfant commence l’école. Dans certains cas, les troubles n’apparaissent qu’au moment où le cerveau du petit est mature, généralement entre 6 à 8 ans. Entre 5 et 14 ans, il se peut donc que l’enfant présente divers troubles, notamment de l’attention.

De surcroît, le SAF pourrait avoir des impacts vers l’adolescence. Le jeune adolescent pourrait en réalité être prédisposé à la toxicomanie ou à l’alcoolisme. En gros, plus la femme enceinte boit de l’alcool et plus les répercussions sont importantes chez l’enfant.